Musée National Eugène Delacroix
Accueil > Les activités > Nouvelles acquisitions : Pierre-Joseph Dedreux-Dorcy Portrait du comte Charles de Mornay

Pierre-Joseph Dedreux-Dorcy
Portrait du comte Charles de Mornay

Louvre/Angèle Dequier
Louvre/Angèle Dequier

2011

Pierre-Joseph Dedreux-Dorcy
Paris, 1789 – Bellevue, 1874
Portrait du comte Charles de Mornay
Huile sur toile
H. 32 x L. 24 cm
vers 1830-1840
Don de la Société des Amis du musée Eugène Delacroix (MD 2011-2)

Elève de l’atelier de Guérin, Dedreux-Dorcy est peintre et ami de Géricault à la mort duquel il se porte acquéreur du Radeau de la Méduse (musée du Louvre) en vue de le céder à l’Etat, comme le rappelle Delacroix dans son Récit autobiographique (Hannoosh, Journal, Corti, 2009, p. 1741). Il débute au Salon en 1810 et, à partir de 1831, se spécialise dans le portrait, dont celui de Delacroix et, notamment celui de Mornay.
Charles-Henri-Edgar, comte de Mornay (1803-1878) fut diplomate, beau-frère du Maréchal Soult. En 1831, il obtint de conduire comme envoyé extraordinaire du roi Louis-Philippe une mission auprès du Sultan de Maroc et s’y rendit, accompagné de Delacroix, artiste associé, sur la recommandation de Mlle Mars (dont il était l’amant). A l’issue du voyage, Delacroix lui offrit un magnifique album de dix-huit aquarelles qui furent malheureusement dispersées après sa mort en vente publique le 29 mars 1877. Onze seulement sont aujourd’hui localisées. Delacroix fit le portrait de Mornay à l’huile (1837, Collection Paul Mellon, Virginie), et l’évoque au crayon (plusieurs dessins au Louvre, département des Arts graphiques). Le peintre lui garda une amitié fidèle malgré le long silence épistolaire dont il s’accuse, comme en témoigne une lettre du peintre au diplomate datée du 30 juillet 18[38] conservée au musée Eugène Delacroix : « Adieu bon et cher Charles, pardonnez mes erreurs : prouvez- le moi en me répondant. Répondez à l’homme d’Afrique si vous trouvez que celui d’à présent en est indigne. C’est pourtant toujours le même pour vous, mon cher ami et il le sera toujours. »
Rentré en France après la mission marocaine, Mornay poursuivit sa carrière diplomatique, fut ministre résident auprès le la cour de Bade (1833) puis ministre plénipotentiaire à Stockholm (1835). Destitué de ses fonctions par un arrêté du gouvernement provisoire en 1848, il épousa la même année la comtesse de Samoïloff. Il mourut sans postérité.

Revenir en haut de page
Musée du Louvre
Crédits | Contacts | Société des amis | Répertoire des ventes | Correspondance de Delacroix | Jeux | Boutique