Musée National Eugène Delacroix
Accueil > Les collections > Autographes > Lettre de Pierre-Antoine Berryer à Eugène Delacroix

Lettre de Pierre-Antoine Berryer à Eugène Delacroix

Pierre-Antoine Berryer (Paris,1790 - Augerville, 1868)

© Musée Eugène Delacroix / C. Adam

Pierre-Antoine Berryer
(Paris,1790 - Augerville, 1868)

LA 31 631/128
Lettre autographe signée
Dépôt Archives des musées nationaux
1 p. in-8°

Delacroix, ayant achevé en juillet 1861 la décoration de la chapelle des Saints-Anges à l’église Saint-Sulpice, lance des invitations aux personnalités et aux amis susceptibles, comme son cousin Pierre-Antoine Berryer (1790-1865), brillant avocat, d’émettre des avis favorables sur son travail.

"Cher, j’ai vu ! J’ai vu ! Vu autant que je sais voir de mes yeux ignoran[t]s. Je suis ravi. Je vous embrasse mais je pars ce soir. Je vous écrirai mes séjours et je vous attends avant que vous n’alliez à d’autres. Je prétends que mon amitié est la première", lui écrit Berryer en août 1861.

 

Quelques jours avant l’ouverture officielle au public de la chapelle des Saints-Anges à l’église Saint-Sulpice, l’avocat Berryer, cousin de Delacroix, qui l’avait invité à voir son travail fin juillet, parvient enfin à s’y rendre, en dépit de nombreuses affaires qui le retiennent.

Le ton enthousiaste de la lettre qu’il écrit alors à Delacroix reflète l’affection profonde qu’il éprouve pour son parent et qui transparaît tout au long de la correspondance entretenue entre 1845 et 1863.

La correspondance "croisée" de Delacroix et Berryer

Berryer, qui avait précieusement conservé les lettres de Delacroix, récupéra après la mort du peintre celles qu’il lui avaient adressées. Près de cent-cinquante lettres, demeurées dans sa famille et acquises en 1991 par la Société des Amis d’Eugène Delacroix avec le concours des Archives des musées nationaux, ont pu ainsi être conservées, constituant, ce qui est plutôt rare, une correspondance croisée où se suivent les questions et les réponses des deux hommes unis non seulement par le sang, mais aussi par l’intelligence et par une communauté d’intérêts et de goûts.

Le musée possède également un portrait de Pierre-Antoine Berryer photographié en tenue d’avocat par Etienne Neurdein.

Revenir en haut de page
Musée du Louvre
Crédits | Contacts | Société des amis | Réseaux sociaux | Correspondance de Delacroix | Boutique