Musée National Eugène Delacroix

Le Théâtre italien

Eugène Delacroix (1798-1863)

© H. Brégeat/Louvre

Eugène Delacroix
(1798-1863)

Le Théâtre italien
1821
Lithographie originale
H : 21,5 ; L : 19,6 cm.
Don de la Société des Amis du musée Eugène Delacroix, 2007
MD 2007-3

 

Au début des années 1820, Delacroix publia une dizaine de caricatures. Ces lithographies furent longtemps négligées tant elles différaient de la production ultérieure de l’artiste, quand, au retour de son séjour en Angleterre en 1825, Delacroix entama sa série de chef d’œuvres dans cette technique : Faust, Hamlet, etc. Le Théâtre italien, et son pendant, Le grand Opéra - que possède également le musée - ont été publiés dans le Miroir des spectacles. Le grand Opéra ridiculise l’Académie de musique sous la figure du vieux Vestris dansant avec des béquilles en forme de balais tandis que sur l’autre planche, Rossini est fièrement campé sur ses deux jambes, tenant en équilibre les personnages de ses grands succès Othello, Rosine et Figaro du Barbier de Séville. Delacroix nuancera ultérieurement son jugement sur Rossini, mais cette caricature marque son enthousiasme de jeunesse pour le renouvellement que le compositeur imposa sur la scène parisienne. L’auteur du texte qui accompagnait cette caricature dans le numéro du 13 août 1821 du Miroir n’est autre que Stendhal, qui allait publier sa Vie de Rossini deux ans plus tard. Dans son commentaire, Stendhal feint de fustiger « M. Lacroix » d’avoir publié un tel blasphème contre « l’ancien régime musical », qui plus est, sans avoir signé son dessin.

Documentation

Barthélémy Jobert, in Delacroix, le trait romantique, catalogue exposition Paris Bibliothèque Nationale de France, 1998, p.88, n° 34.

Jean-Marie Bruson, in Rossini à Paris, catalogue exposition Paris musée Carnavalet, 1992, p.33, n°30.

Revenir en haut de page
Musée du Louvre
Crédits | Contacts | Société des amis | Réseaux sociaux | Correspondance de Delacroix | Boutique