Musée National Eugène Delacroix
Accueil > Les collections > Souvenirs de Delacroix > Pierre Petit Portrait de Delacroix

Pierre Petit
Portrait de Delacroix

@ RMN / M. Bellot

Pierre Petit (Aups, 1832 - Paris, 1909) MD 2002-114 1860 Photographie retouchée ; épreuve sur papier albuminé

@ RMN / M. Bellot

MD 2002-114
1860
Photographie retouchée ; épreuve sur papier albuminé
Don Société des Amis du musée Delacroix, 2002
H. 0,440 m ; L. 0,340 m
Imprimé sur le carton : Pierre Petit 27, 29, 31, Place Cadet, Paris

La photographie présente Delacroix de profil, regardant à gauche. Le musée possède une autre photographie de Pierre Petit montrant le peintre assis, vu à mi-corps et vêtu, comme ici, d’un costume trois- pièces ainsi que d’un manteau et portant un nœud papillon noir sur une chemise blanche ; il se tient de trois quarts à gauche, le buste et le visage de face, tenant dans sa main gauche son monocle. Sur les deux photographies, Delacroix apparaît la main droite dans la poche de son pantalon et fixant l’objectif sans le moindre sourire.

 

Delacroix et la photographie

Membre de la Société héliographique dès sa fondation en 1851, Delacroix a suivi avec un vif intérêt les expériences photographiques qui se sont multipliées à partir des années 1850, sans pour autant adhérer totalement à un procédé qu’il jugeait en fin de compte trop tributaire de la " cruelle réalité des objets ". Ce n’est donc pas sans hésitation qu’il accepta de poser devant les photographes en vogue -Laisné, Durieu, Carjat ou encore Léger et Bergeron- redoutant de perdre en quelque sorte son identité. De Nadar, qui avait obtenu non sans peine quelques séances, Delacroix exigera la destruction des épreuves et du cliché. Pierre Petit put néanmoins réaliser plusieurs photographies du peintre à la fin de sa vie qui ont été reprises en lithographie après la mort de Delacroix.

Pierre Petit (1831-1909)

Surnommé "Collodion le chevelu" à cause de son ample chevelure, Pierre Petit fit son apprentissage chez André Disdéri (1819 - 1889), l’inventeur de la photographie-carte (photographie de petit format).

En 1858, il ouvrit son propre atelier au 31 place Cadet (Paris, IXème) avec l’accroche publicitaire suivante : "Une bonne photographie doit être signée Pierre Petit. Pierre Petit opère lui-même. Tous les procédés. Toutes les récompenses."

Il réalisa en 1859 un album consacré à l’épiscopat français : on lui doit 25 000 portraits d’ecclésiastiques réalisés entre 1862 et 1865. En 1860, il proposa une série de portraits d’artistes et d’hommes de lettre contemporains qui préfiguraient la Galerie des hommes du jour, publiée l’année suivante avec des notices biographiques. Cette année-là, Petit domina la scène photographique alors que Nadar commençait à se retirer.

Photographe officiel des Expositions universelles de 1867 et de 1878, il devint également le photographe des facultés de médecine, des lycées, des écoles, de la Société des gens de lettre, du Chemin de fer du Nord (1875). De 1871 à 1886, il fut chargé de suivre les différentes étapes de la construction de la statue de la Liberté à New-York.

Du point de vue technique, il mit au point l’obtention de la photographie, destinée à une impression photographique en relief. En 1866, il fut récompensé par une médaille d’or pour ses épreuves de linographies et imagina un procédé de portraits peints sur tissu connus sous le nom de "linotypie". Il fut nommé Chevalier de la Légion d’honneur en 1901.

Documentation

Collectif, Pierre Petit, photographer, catalogue exposition, International museum of Photography, Georges Eastman House, New-York, septembre 1980 - janvier 1981.

Jean Sagne, Delacroix et la photographie, Paris, 1982.

Sylvie Aubenas, "Les photographies d’Eugène Delacroix" in Revue de l’Art, 2000-1, n°127, pp.62-69.

Revenir en haut de page
Musée du Louvre
Crédits | Contacts | Société des amis | Répertoire des ventes | Correspondance de Delacroix | Jeux | Boutique